Samedi après midi. Franceville, le chef lieu du Haut Ogoué, région frontalière du Congo Brazzaville ne présentait pas la physionomie d’une ville hébergeant un match des quarts de finale de la Coupe d’Afrique des nations.

Le bus des transports urbains affrété par la communauté locale des Camerounais était habillé aux couleurs du drapeau camerounais. Il transportait les compatriotes partis spécialement de plusieurs coins du pays, afin de vivre la chaleur locale de cet événement sportif majeur. Les stridents klaxons de ce bus, les bruyantes chansons scandées qui en sortaient, laissaient les Francevillois totalement indifférents.

Les Gabonais n’ont pas encore semble t-il, digéré la sortie précoce au premier tour de la compétition par les Lions indomptables du Cameroun, de leur équipe nationale. Qu’importe, le bus continuait d’arpenter et de descendre les collines fleuries et riantes de cette coquette ville verte, bâtie à la romaine, afin de préserver son relief naturel escarpé et accidenté.

C’est aussi cette option qui fait le charme de Franceville. Le magnifique stade de la ville a pourtant accueilli 12 mille spectateurs pour cet très attendu duel des fauves, les lions du Cameroun et ceux du Sénégal. Ce stade pouvait encore prendre 3 fois plus de visiteurs pour faire son plein d’oeuf. Après sa balade sans obstacle au premier tour de la compétition, les talentueux stylistes lions de la Teranga n’avaient pas imaginé la résistance des Camerounais. Le résultat est là: les lions indomptables se sont qualifiés pour les 1/2 finales de cette Can.

Sur les 12 mille spectateurs du jour, c’est peu dire d’affirmer que moins du 1/4 seulement soutenait les joueurs camerounais. Mais cet effectif a su élever de la voix pour faire entendre celle du Cameroun, lever très haut le drapeau national, encourager les joueurs en les appelant par leur nom. Ces supporteurs des lions indomptables résidents au Gabon ou partis du Cameroun venaient de partout, à l’instar du chief Norbert Mbile du Ndian, de Nfor Ndew de Ndup, Adama Aïcha de Koutaba, Moussa Adamou de Guidder, sans compter les autres Njoh, Bindzi, Nkom, Mpon, Atangana, Mballa, Afacka... qui venaient des autres secteurs géographiques du Cameroun.

En aucun moment, ces compatriotes n’ont eu le temps de parler de la sécession ou du fédéralisme, sujets hautement politiques de l’heure. Ils étaient seulement animés à l’unisson de deux choses: la victoire des lions indomptables et le drapeau national. La victoire arrachée de haute lutte a renforcé dans ce groupe un sentiment d’appartenance à une nation communément aimée. C’est là un message qui est adressé aux dirigeants politiques par et pour les lions.

Le sport en général, le football en particulier peut servir la cause de l’unité nationale. Au Gabon, pour gagner le Sénégal, le “12eme” joueur des lions indomptables n’appartenait à aucune région; il était tout simplement camerounais. Comment cette victoire, que peu de personnes avaient vu les Camerounais obtenir en traversant l’obstacle sénégalais peut-elle servir la cause de la paix et de cohésion nationale ? Comment la cohésion des lions peut-elle inspirer les politiques ?

L’humilité, l’encadrement et l’anticipation des actions, tout cela n’est pas le fort de nos dirigeants. A cause de ce déficit de vision, ils subissent en ce moment le poids du problème anglophone. Il n’y a jamais eu d’action d’humilité pour l’aborder. Il n’y a jamais eu de volonté d’anticiper par des actions courageuses osées. La gouvernance politique au Cameroun peine à entrer dans la modernité politique universelle. Comme les Camerounais eux sont individuellement ouverts à cette modernité, ils feront subir à leurs dirigeants, le poids de leur anachronisme.

Il serait conseillé à ces dirigeants de suivre le modèle des lions indomptables: ils se renouvèlent, ils s’adaptent. Ils perdent des matchs. Ils se réorganisent. Ils gagnent. Ils avancent surtout. La population jubile.

Xavier Messè À Tiati

À lire aussi:

France : Clinton Njié ouvre son compteur Titulaire pour la première fois la journée précédente, Clinton Njié avait été l’auteur d’un bon match en signant une passe décisive pour Gomis malgré ...
Coupe des Confé : « le bilan est forcement mitigé…... Dans une interview exclusive, Benjamin Moukandjo dresse le bilan de la participation du Cameroun à la dernière Coupe des Confédérations. Le capitaine ...
La position du MCPSD : Nous comprenons le désarroi... Pour protester contre les conditions de formation, de travail, le manque de matériel et l’impossibilité de réformer le système de santé publique au Ca...
Le manager de Meiway perd tout dans un incendie, e... Nyamké Kouassi Joseph, manager de l’artiste Meiway, a bien faillir passer de vie à trépas,  n'eut été  l'intervention de ses voisins et certainement l...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close