Yaoundé, le 26 avril 2016

Monsieur le Premier-Ministre, c’est avec consternation que nous apprenons le décès du Professeur Peter Agbo Tabi, chancelier, recteur honoraire de l’université, ancien ministre de l’enseignement supérieur et secrétaire général adjoint de la présidence de la République au moment de son décès, décès survenu ce jour 26 avril 2016.

Notre première rencontre avec le professeur Peter Agbo Tabi remonte à l’organisation des obsèques du révérend père Engelberg Mveng où il représenta le Chef de l’Etat. Il nous a alors montré le visage d’un homme honnête, une conscience du régime du président Paul Biya qui avait une haute idée de l’Etat.

A son actif nous pouvons mentionner qu’il a réussi à imposer le système de droits universitaires pour tous les étudiants. Il a donc pu jouer de ses qualités de pédagogue montrant aussi qu’il ne cédait rien sur ses idées, ne renonçait à aucune de ses convictions. Au fond le professeur Peter Agbo Tabi savait aussi reconnaître ses erreurs preuve de son honnêteté intellectuelle.

Le MCPSD par ma voix vous présente ses condoléances les plus attristées et vous prie de transmettre à son épouse et à ses enfants toute notre sympathie en ces moments de grande douleur. Nous espérons que l’histoire de notre pays saura le moment venu lui restituer la place qui est la sienne dans la construction de notre pays.

Une correspondance du Dr Vincent-Sosthène FOUDA

À lire aussi:

Catastrophe ferroviaire d’Éséka: la vérité, ... Le Comité de libération des prisonniers politiques (membre du collectif Éséka pour un Cameroun Nouveau) prend acte de la publication du rapport d'expe...
Tribune libre : Désormais les élites bureaucratiqu... Au cours de la conférence de presse donnée le 1er avril 2016 par le ministre de la Communication (Mincom), une instruction du Président de la Républiq...
Cameroun: Abel Elimby Lobe adresse une lettre ouve... "LA JUSTICE EST CE QUI ÉLÈVE UNE NATION" a dit le roi SALOMON dans le livre de Proverbes chapitre 14 verset 34. Au nom de ce qui juste, Monsieur le...
Cameroun: sauver l’unité nationale et redonner l’e... Les Camerounais ne sont pas des pantins que des criminels au pouvoir doivent après 34 ans continuer de maltraiter, de diviser, d’emprisonner, de réifi...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close