Comme ils l’avaient annoncé, les avocats Camerounais d’expression anglaise projetaient d’effectuer une marche pacifique hier à Bamenda et dans d’autres villes du pays. Dans le chef lieu de la région du Nord-Ouest, les manifestants étaient déjà mobilisés pour leur mouvement. Mais c’était sans compter sur l’entrée en scène de la soldatesque. Des éléments des forces mixtes de sécurité déployés en grand nombre ont en effet violemment réprimé la manifestation. À la clé: jets d’eau, gaz lacrymogène, coups de matraque, dispersion brutale, etc…

À titre de rappel, les revendications dont il est question ici datent d’un peu plus de deux années déjà. Elles portent essentiellement pour faire simple sur: l’inexistence de la version anglaise des actes uniformes OHADA et la tenue du Conseil national de la magistrature par le Président de la République, appelé ensuite en sa qualité de Président de ce Conseil à faire nommer dans les tribunaux du Nord-Ouest et du Sud-Ouest des magistrats et autres personnels des juridictions et de police judiciaire, des gens formés à la culture du common law system.

Dans un environnement au système bi juridique comme le nôtre, il est très difficile de ne pas être à priori solidaire des manifestants. D’emblée, l’on est tenté de s’offusquer de cette injustice criarde aux allures de marginalisation, une expression si chère à nos compatriotes tout court issus de la culture anglo-saxonne justement. Et sachant que le bilinguisme est depuis très longtemps déjà un principe consacré, il est à se demander ce qui peut bien justifier l’absence d’un véritable dialogue depuis lors entre nos autorités et ces avocats qui ne demandent pas mieux.

Mais là où le bas blesse le plus, c’est sans aucun doute la vue de ces images tristes en provenance de Bamenda et que nous nous gardons de diffuser ici par pudeur. Lesquelles montrent ces adultes en robes noires être dispersés comme de vulgaires vandales. Des hommes et femmes dont l’activité au quotidien consiste pourtant à favoriser l’éclatement de la vérité, une justice pour tous en un mot. En une matinée hélas, face à des spécialistes de la répression donc, voilà tout un noble corps de métier traîné dans la boue, sans ménagement.

Incompréhensible aussi et surtout cette atteinte grave au droit de manifester à des auxiliaires de justice, 48h seulement après le déploiement de force des militants du parti au pouvoir sur l’ensemble du territoire national pour une raison qui se passe de tout commentaire. Mais au moins, il est loisible de percevoir une justice à deux vitesses qui gagne en intensité, avec d’un côté les manifestations pro-gouvernementales ou pro-parti au pouvoir autorisées mais de l’autre, une forte répression contre celles qui s’aventurent à critiquer le régime en place.

Une telle frilosité de nos autorités est en tous cas néfaste pour la marche de la nation toute entière et ce, quel que soit le bout par lequel on considère la situation. Un sursaut d’orgueil s’avère donc indispensable, tout comme beaucoup de lucidité dans la gestion de toutes les situations de crise. Février 2008 devrait toujours nous parler pour nous rappeler qu’un peuple opprimé est comme un volcan latent, mais surtout que nous ne sommes jamais à l’abri d’une manifestation banale qui peut dégénérer à tout moment et bonjour les dégâts. À bon entendeur !

Armand Okol: journaliste camerounais

À lire aussi:

France: Aissatou Sow, tuée pour avoir voulu tourne... La jalousie !Ce sentiment qui guide parfois les pulsions de beaucoup d’entre nous. Pour certains elle n’est parfois qu’un sentiment humain qu’on resse...
Au Cameroun, une grève avortée des transporteurs à... Suite au mot d’ordre de grève générale lancé par la Dynamique syndicale, l'arrêt des activités était imperceptible dans la capitale du pays, ce lundi ...
Crise anglophone: “Le Snjc condamne Peter Es... Le communiqué du Syndicat national des journalistes du Cameroun . "Le Snjc condamne Peter Essoka et le Cnc Le 20 janvier 2017, le président du Con...
Le saviez-vous: Faire l’amour permettrait de... “Faire l'amour, marcher et danser sont des remèdes miracles” pour traiter un tas de maladies, selon les experts britanniques de la santé. L'Academy of...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close