De 1700 à 1900 partout dans le monde se sont déroulées successivement l’abolition de la traite négrière interdisant ainsi tout commerce d’esclave quel que soit le genre. Heures heureuses pour la peau noire et métisse qui longtemps restée rebelle a pensé un temps soit peu qu’enfin elle allait vivre son ère de liberté absolue. Ne nous leurrons pas. Les conflits entre esclaves et maîtres, les révoltes d’esclaves, les différentes révolutions de part et d’autres des plantations qui les tenaient captifs, les assassinats et autres formes de révoltes et surtout la grande manifestation du peuple noire face à toutes ces barbaries ont certainement fait penser aux colons, aux puissants chefs des terres qu’en octroyant un bout de papier portant officiellement le sceau du maître, aux nègres, ils se calmeront enfin. Ce qui a parfaitement marché puisque dès cet instant, le noir s’est porté volontaire pour continuer à se faire exploiter dans les champs de coton, de canne à sucre ou encore employés de maison, moyennant quelques minables pièces d’or et d’argent rendant ainsi leur existence plus misérable encore car ne pouvant rien s’offrir avec ces miettes pourtant appelées rémunérations.

Au fil des années nous avons vécu la grande révolution industrielle qui a encore plus consolidée l‘aspect légal de l’acte puisque les classes sociales se sont rapidement formées et les prolétaires blancs se sont mêlés à cette couche de noirs faisant croire que tous bénéficiaient d’un même traitement donc plus question d’esclave. Seulement à l’ère du capitalisme le capitaliste s’en fout royalement de qui travaille pour lui tant qu’il maximisait ses bénéfices en investissant peu en mains d’œuvre. Par contre il n’avait jamais été question d’un patron noire à la tête d’une de ces grandes usines de blanc. Les noirs ne pouvaient en aucun cas diriger les blancs. C’était répugnant et inenvisageable. Et surtout pas sur leurs terres; bon sang! Puis vint la mondialisation. Tout se mélangea. La chance pouvait sourire à tous ceux dont les parents ont pu amasser assez pour les inscrire dans les grandes écoles de blancs réservées uniquement aux plus surdoués et audacieux des noirs. Vous en sortez diplômés et prêts à l’emploi. Mais ce que vous ne saviez peut-être pas, c’est que vous venez ainsi de vous inscrire à la nouvelle forme la plus luxueuse d’esclavage. Vous obtenez facilement des bourses et prêts scolaires vous rendant redevable à vie parce qu’à durée indéterminée. Comment le saurez-vous ? Vous êtes tellement absorbés par tout ce que pouvait vous offrir cet argent, maison, voiture, niveau de vie enviable, femme, homme acceptable et même plus avec un peu de chance…

Voilà vous avez de quoi ne pas vous réveiller de votre profond sommeil et ce pour tellement longtemps que vos enfants et petits-enfants seront obligés de passer par là également, ne vous inquiétez surtout pas. Vous allez vous-même les y inscrire et mieux les y encourager, parce que la facilité sera votre seule arme de bataille. Seulement ce que vous aurez totalement oublié, c’est que vous venez d’Afrique. Vos aïeux viennent de là. Ils n’ont jamais été blancs. Ils y sont venus pour les aider à mieux construire leurs pays et continuer à vous soutirer tout ce que vous ne posséderez jamais. La liberté. Quelle liberté ? Ne sommes- nous pas au 21 ième siècle ?

Notre indépendance, parlons-en. Nos Etats sont constamment maintenus dans une finance mondialisée qui de crise en crise renforce son pouvoir de domination et détruit lentement nos démocraties. Nous parlons des prêts octroyés par ces pays occidentaux pour soit disant nous aider à financer le développement tant infrastructurel que social, économique et … mais que nous ne verrons jamais. Ces prêts représentent à eux seuls le pouvoir de manipulation de nos ambitieux et vils chefs d’Etat, manquant de courage et d’audace pour dire non à l’exploitation continue et sans cesse grandissante des pays en voie de développement ou sous-développés. Ces prêts sont pour la plupart imposés par ces dirigeants occidentaux ne vous laissant aucune liberté de réaction. Vous avez trois choix. Tout d’abord en tant que dirigeant de pays sous développé, votre choix de candidature a été imposée dans votre pays, cela pour leur permettre de mieux avoir une vision claire de ce que serait leurs bénéfices à long terme. Une fois élus, ils font de vous des marionnettes dirigeables à guise pour l’exploitation de vos terres mines et richesses.

Sans oublier qu’ils vous offrent des prêts que vous n’aurez jamais la possibilité de rembourser car la finalité de ces prêts est la construction d’infrastructures et qui est mieux placés pour vous apporter la technologie, les machines et la tête pensante si ce n’est eux ? Finalité, vous reversez à votre prêteur le prêt mais cette fois-ci ironiquement en guise de paiement des travaux effectués et marchés obtenus mais vous restez surendettés si on y ajoute les intérêts bien entendu. Pour ces quelques rares dirigeants qui ont refoulés cette pratique, il leur a été envoyé des assassins financiers qui ont échoués et dont le rôle était de vous faire accepter les prêts.

Après ceux-ci viennent les assassins tout court qui essayeront de vous forcer la main moyennant menaces de mort. Et là encore si vous refusez alors il ne vous restera plus qu’à prier que les jours qui vous restent soient assez suffisants pour sécuriser votre épouse et vos enfants parce que de toute façon vous mourez soit dans un tragique accident d’avion pendant que vous partez en voyage d’affaire ou dans un coup d’Etat morbide orchestré de bout en bout par eux ou simplement empoisonné et réduit à l’invalidité. Vous laissez ainsi la place à celui qui acceptera le contrat et votre pays paiera le prix à jamais si la voix du peuple ne finit par raisonner plus fort que le bruit des canons et autres bales abusivement tirées sur des innocents. En Afrique on vous tue pour vos droits. S’en est un. Mais en Europe vous vous offrez à la mort parce que vous refusez d’assumer vos droits. Combien de noirs sont juste abattus chaque année aux Etats-Unis simplement parce qu’ils sont noires et surtout parce qu’il leur est rappelé qu’ils ne sont pas et ne seront jamais chez eux ? Combien de noires avons-nous vu rentrer en Afrique avec tous ces bagages intellectuels juste pour construire son propre pays comme le font les juifs, les arabes, les turques, malaisiens, vietnamiens, chinois, russes et autres qui préfèrent fièrement construire l’économie de leurs pays plutôt que de finir esclave des pays des autres ?

Qui amassent de l’argent certes en sacrifiant quelques années à l’étranger mais qui rentrent chez eux quand même ? Et combien de noir comptons-nous en Europe accrochés à une vie qui n’est juste pas la leur et s’y laissent massacrer parce que refusant d’assumer leur droit de se réclamer indépendant et surtout refusant de constituer une vraie puissance, une forteresse, une arme indéfectible devant l’exploiteur, une armure impénétrable. La race noire est toujours celle qui compte plus d’assassinat à son actif lorsque nous parlons des conflits aujourd’hui de peau aux Etats-Unis et ceux largement devant les latinos. Pourquoi ne pas juste finir par comprendre qu’à cette allure jamais nous ne serons indépendants ? Qu’est ce qui peut ainsi empêcher ce réveil ? Si le sang qui coule tous les jours partout ne le fait pas qu’est ce qui peut le faire ? Si le summum de l’atrocité est atteint qu’est ce qui peut encore nous surprendre ?

Chers frères noirs, rentrons construire chez nous. La vraie liberté nous y attend.

Serge Espoir MATOMBA, premier secrétaire du Purs

 

À lire aussi:

Collision de deux véhicules à l´Autoroute de l´Est... Il est 23h15 min à Paris lorsqu´un gros porteur entre en collision avec une voiture personnelle à la sortie de la ville de Paris dans un Tunnel de l´A...
Gambie : Yahya Jammeh annonce qu’il quitte le pouv... Yahya Jammeh a fait une déclaration qui surprend plus d’un. Le président sortant de la Gambie a annoncé à la télévision nationale qu’il mettra fin à...
LETTRE AU PRESIDENT PAUL BIYA, IMAGINEZ QUE C’ETAI... Monsieur le président, Regardez le garçon qui est sur la photo et dites vous que c’est Junior ou Brenda et vous comprendriez la douleur que sa fami...
Watch Full Movie Gantz:O (2016) Gantz:O (2016) HDDirector:Yasushi Kawamura, Keiichi Sato.Release:October 14, 2016Country:Japan.Production Company:Digital Frontier, Toho.Language:...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close