Lumumba, Tout Premier ministre démocratiquement élu du Congo Démocratique,  le mois de Janvier est décidément un mois très important pour les nationalistes et panafricanistes africains ; car deux figures emblématiques de la lutte d’indépendance y ont été assassinées. Ernest Ouandié le 15 et Lumumba le 17 janvier.

En effet,  les africains célèbrent ce jour le 56e anniversaire de l’assassinat par les Belgo-américain et Mobutu du tout premier ministre démocratiquement élu du Congo. Patrice Lumumba est né à Onalua (territoire de Katako-Kombe au Sankuru, Congo belge, dans l’actuelle République démocratique du Congo). Il fréquente l’école catholique des missionnaires puis, élève brillant, une école protestante tenue par des Suédois.

Jusqu’en 1954 (année de la fondation d’un réseau d’enseignement laïque et de la première université) la Belgique coloniale n’a que peu développé le système d’éducation, entièrement confié aux missions religieuses. L’école ne donne qu’une éducation rudimentaire et vise plus à former des ouvriers que des clercs, mais Lumumba, autodidacte, se plonge dans des manuels d’histoire.

Il travaille comme employé de bureau dans une société minière de la province du Sud-Kivu jusqu’en 1945, puis comme journaliste à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa) et Stanleyville (Kisangani), période pendant laquelle il écrit dans divers journaux En 1958, à l’occasion de l’Exposition Universelle de Bruxelles, première du genre après la guerre et qui a un grand retentissement dans le monde, des Congolais sont invités en Belgique, dont Patrice Lumumba. Mécontent de l’image paternaliste peu flatteuse du peuple congolais présentée par l’exposition, Lumumba se détache des libéraux et, avec quelques compagnons politiques, noue des contacts avec les cercles anti-colonialistes de Bruxelles. Dès son retour au Congo, il crée le Mouvement national congolais (MNC), à Léopoldville le 5 octobre 1958 et, à ce titre, participe à la conférence panafricaine d’Accra où il rencontrera aussi les leaders de l’UPC du Cameroun.

De retour au Congo, il organise une réunion pour rendre compte de cette conférence et il y revendique l’indépendance devant plus de 10 000 personnes.C’est à partir de là que ses problèmes commencent jusqu’à sa mort en janvier 1961. En effet, Lumumba et de plusieurs de ses partisans sont arrêtés et transféré à fort de Shinkakasa, à Boma. Le 17 janvier 1961, Patrice Lumumba et deux de ses partisans, Maurice Mpolo et Joseph Okito, sont conduits par avion à Élisabethville, au Katanga, et livrés aux autorités locales. Lumumba, Mpolo et Okito seront conduits sous escorte militaire dans une petite maison, où ils seront ligotés et humiliés par des responsables katangais, dont Moïse Tshombé, Munongo, Kimba, Kibwe, Kitenge, mais aussi les Belges Gat et Vercheure. Ils seront ensuite fusillés le soir même, par des soldats sous le commandement d’un officier belge. Patrice Lumumba était marié et père d’au moins six enfants avec Pauline Opanga Lumumba (née en 1937 – morte le 23 décembre 2014) .

Elle est la mère des six enfants de Patrice Lumumba et ne s’est jamais remariée, après la mort de celui-ci le 17 janvier 1961 : François, Patrice junior, Juliana, Roland, Christine (décédée en 1960) et Guy (né en 1961 après la mort de son père). Avant son emprisonnement, Lumumba s’est arrangé pour que son épouse légitime et les enfants dont quatre issus de cette union plus François puissent quitter le pays. Le général Mobutu consacre Patrice Lumumba héros national en 1966.

Le retour d’Égypte de sa femme Pauline et de ses enfants est considéré comme un événement national. Le jour de sa mort, le 17 janvier, est un jour férié au Congo-Kinshasa. Les discours de Lumumba devraient continuer d’éclairer les leaders panafricanistes afin qu’ils poursuivent la lutte de la libération totale de l’Afrique contre les forces de l’impérialisme.

Oscar Ngaleu: camersénat.info

À lire aussi:

Gabon: Les erreurs de Ping: ( analyse de Mathias O... La Coalition Ping a fait beaucoup d'erreurs. 1-Elle a accepté les Règles Electorales Existantes dont l'article 110 de la Loi Électorale qui dispose q...
Le Chantier Naval s’apprête à licencier 473 employ... L’entreprise offshore,  qui emploierait environ 740 personnes, se séparera   ainsi de la moitié de ses effectifs  pour motif économique.    Après l...
Cameroun: Bamenda, affrontements entre enseignants...  Les enseignants du système anglophone, ont mis en exécution ce lundi, leur mouvement de grève. Les enseignants du système anglophone qui avaient do...
LES CAMEROUNAIS SONT COMPLICES DU SYSTEME BIYA Le pouvoir de Paul Biya ne repose pas simplement sur son « pouvoir du décret », sa capacité à redistribuer la rente politique, la corruption ou encore...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close