L’écrivain camerounais est récompensé pour son ouvrage « Confidences», lequel relate les luttes pour l’indépendance du Cameroun tel que vécues par une vielle femme rencontrée en pays bassa.

Un livre sur l’indépendance du Cameroun et sa guerre cachée sera couronné au Salon du livre et de la presse de Genève ce vendredi, 28 avril 2017. Il s’agit de «Confidences», un ouvrage écrit par le Camerounais Max Lobe, par ailleurs auteur de «La Trinité bantoue» (2014), «39 rue de Berne» (2013) et de «L’enfant du miracle» (2011).

Dans «Confidences», paru en 2016 aux éditions Zoé, le narrateur, de retour au Cameroun, voyage en pays Bassa, au cœur de la forêt. Il y rencontre Ma Maliga, vieille maman pleine d’esprit, gourmande, insolente et, mine de rien, résistante de premier plan. Voilà une femme à qui on ne la fait pas, mais aussi une femme pleine d’histoires, pleine d’Histoire, petites et grandes, qui ont fait le Cameroun. Tous ses récits rejoignent un combat, celui de Ruben Um Nyobè, dit le Mpodol, militant indépendantiste assassiné en 1958, dont Max Lobe, retrace le geste de résistance. Ma Maliga taquine le narrateur: tu es «curieux comme les singes de notre forêt» lui dit-elle. Et c’est heureux, puisqu’il parcourt avec elle, et avec ses lecteurs, en suivant ses propos, ses rires et ses sentences, la carte des souffrances, des fiertés et des origines.

Tout au long des 288 pages de son ouvrage, Max Lobe revisite, dans un autre genre, le mouvement nationalisme mené par l’Union des populations du Cameroun (UPC). Ce qui lui a valu l’assentiment des jurés du Prix Ahmadou Kourouma2017, dont il a été désigné lauréat. Ce soir, il recevra sa récompense dès 16 heures, au Salon africain du Salon du livre et de la presse de Genève.

«Que ce prix soit remis cette année à un auteur genevois prouve que la littérature africaine francophone se fait également ailleurs qu’à Paris ou Bruxelles», indique Max Lobe cité par Le Monde Afrique. Le Prix Kourouma récompense est attribué chaque année à un auteur dont les écrits portent sur l’Afrique noire. C’est dans cette logique qu’en 2016, le Mauritanien Beyrouk a reçu ledit Prix pour son ouvrage «Le Tambour des larmes».
La Rédaction avec leTemps.ch

À lire aussi:

Bamenda va boycotter l’anniversaire du RDPC Des tracts annoncent deux jours de villes mortes les 23 et 24 mars 2017. Va-t-on assister à de nouvelles journées villes mortes dans le chef-lieu d...
Une Afrique des belles femmes, mais majoritairemen... Toujours à la recherche d’un mari, les femmes au physique très attirant, ont souvent tout pour plaire et obtenir ce qu’elles veulent. Sauf que la plup...
Violence à Bamenda: 58 «casseurs» aux arrêts Le ministre camerounais de la Communication a indiqué dimanche, que 34 de ces prévenus sont entre les mains de la gendarmerie et 24 sont retenus par l...
Le livre de Blé Goudé “De l’enfer je reviendrai”, ... Le livre de Charles Blé Goudé  «De l’enfer, je reviendrai» est interdit de vente en Côte d’Ivoire. Selon le site Koaci, après sa sortie officielle ...
loading...
Share.

About Author

4 Comments

  1. each time i used to read smaller content which also clear their motive, and that is also happening with this paragraph which I am reading at this time.

  2. Do you mind if I quote a few of your articles as long as I provide credit and sources back to your webpage? My website is in the very same niche as yours and my users would certainly benefit from a lot of the information you present here. Please let me know if this ok with you. Thank you!|

  3. I am really enjoying the theme/design of your web site. Do you ever run into any internet browser compatibility problems? A handful of my blog audience have complained about my blog not operating correctly in Explorer but looks great in Firefox. Do you have any suggestions to help fix this problem?

Votre commentaire

Close