L’étranger qui a nouvellement débarqué au Cameroun s’est certainement crû dans les prolongations de la Coupe d’Afrique des Nations la nuit dernière. Ça criait presque de partout. Les adeptes de football étaient à fond dans la rencontre opposant Paris Saint Germain au Football Club Barcelone. D’ailleurs, plus tôt dans la journée, cette rencontre a même quelque peu éclipsé la célébration de la Saint Valentin des amoureux et adeptes de cupidon. La victoire du Psg 4#0 sur le géant Barça (qui avait largement les faveurs des pronostics) est d’avantage venue amplifier l’ambiance déjà suffisamment électrique.

Le match s’est ensuite déporté sur la toile. Les supporters de l’équipe de Paris étaient les vedettes incontestées et incontestables du soir, chacun y allant de son génie pour mieux marquer les esprits et démontrer son engagement voire son attachement pour le Club. Ceux qui se souvenaient avoir un jour proche ou lointain arboré le maillot du Psg sont allés ressusciter ces photos pour mieux illustrer leurs publications. Les sociétés de jeux de la place pour leurs parts (qui ont le vent en poupe chez nous) ont faits de bonnes affaires avec un accroissement du nombre de parieurs, synonyme de rentrées financières à la hausse.

Pas de commune mesure avec les soirs timides d’après matchs du championnat de football local. Une compétition du terroir jugée insipide par la quasi-totalité de ces supporteurs très excités qu’on a retrouvé devant le petit écran hier. Lesquels sont pour certains incapables de vous citer une dizaine d’équipes du pays, pire encore, les noms et dossards des joueurs.

Ce alors que depuis quelques années, certaines chaînes de télévision du triangle national font un effort de médiatisation de cette compétition. Mais les mêmes sont si prompts à vous conter avec aisance l’histoire des clubs de l’hexagone jusqu’au montant des contrats de ces joueurs.

En un soir autour d’un match de football, ces supporteurs qui pour l’essentiel nourrissent d’ordinaire un sentiment “anti-blancs” en général, et “anti-Francais” singulièrement, se sont sentis presqu’à l’aveuglette pousser la fibre parentale d’avec l’ancêtre Gaulois. On imagine que dans l’euphorie du supporting du match, d’aucuns auraient pu tronquer leurs patronymes de MBARGA, TAGNE, EKWALLA et que sais-je encore à ceux de Jean de la BROUSSE, Pierre LESAGE, Henri DESCHAMPS pour mieux refléter le rapprochement au club vainqueur. Ça a donc été comme une sorte d’hypnose de l’instant, en attendant le prochain “débat panafricain” sur une des “télévisions panafricaines” pour retrouver l’état normal du rejet de l’autre.

Paradoxe total, surtout que (sans denier la grande responsabilité des dirigeants), cet engouement à lui seul peut être un début de solution pour un championnat local plus attrayant. Car après tout, le football est un ensemble qui se construit aussi et surtout avec la composante supporteurs. Ce douzième joueur, partenaire privilégié du club qui serait très utile grâce à l’achat de gadgets, des billets de stade, des cartes de membres, de cotisations et j’en oublie.

Ainsi, une effervescence serait créée autour du club et par ricochet attirerait du beau monde, cible principale des annonceurs et mécènes, qui auraient alors là une motivation pour apporter les investissements complémentaires nécessaires. Ainsi donc, le football et le championnat pourraient mieux se porter.

Hélas, cela reste un vœu pieux tant que la déconstruction des mentalités n’aura pas été faite, aussi bien individuellement que collectivement. Nous resterons alors toujours à la traîne en pensant que le meilleur se trouve de l’autre côté de l’Atlantique bien que tous témoins du succès de ceux de nos compatriotes partis du championnat local sur lequel nous crachons, mais qui vont réaliser des prouesses là-bas. Du fait certes d’un environ propice, mais grâce aussi à nos investissements d’ordre d’achat des maillots et différents gadgets, abonnements multiformes, différents paris dans les sociétés locales ou via le net et autres.

Or nous avons ici, tout près de nous, des joueurs d’exception qui ne demandent qu’à faire éclore leurs talents. Mais à cause de nos cerveaux sélectifs quand ça nous arrange, nous n’avons pas toujours l’intelligence à même de flairer les bons coups.

Tout naïvement donc, nous contribuons à fructifier ces devises qui prennent l’axe des pays du Nord. Comme des “moutons“, nous critiquons le néocolonialisme mais l’entretenons de manière tacite. Nous sommes donc des adeptes de la théorie du: “vouloir une chose et son contraire”. Un peu comme ces pseudos végétariens qui refusent la viande en diurne, mais consomment la soupe en nocturne. Dommage…

Armand Okol: journaliste camerounais

À lire aussi:

BORIS BERTOLT: “ISSA TCHIROMA, JE PRÉFÈRE UN... Monsieur le ministre de la Communication, je préfère un menteur à un voleur. Un voleur de la fortune publique est un être dangereux qui dans certaines...
Cameroun-Salubrité : Le Commissariat Central N°1 d... Généralement la grande différence entre les commissariats et les prisons au Cameroun est seulement la grande population des détenus. Et ces lieux ont ...
Cameroun- Stade Omnisport de Limbé : Le stade de l... Issa Hayatou le Président de la Confédération Africaine de Football doit se demander comment il a pu être aussi naïf au point de faire confiance aux a...
loading...
Share.

About Author

4 Comments

  1. Pingback: backlink checker free download

Votre commentaire

Close