Un jeune homme d’une quarantaine d’années, vient d’être enterré à Yaoundé. Nous l’appellerons T. Un de plus, un de trop. De quoi souffrait-il ? Des membres de la famille avouent ne rien savoir sur les raisons du décès de leur enfant. Ce qu’ils reconnaissent, c’est que la mère de T., a refusé de l’amener dans un centre hospitalier, parce que selon elle, il s’agissait d’une maladie mystérieuse, et seule la prière pouvait guérir son enfant. Il a fallu attendre le jour de l’enterrement pour que des langues se délient. La mère redoutait en effet, que l’on découvre de quoi souffrait son fils, selon un membre très proche du défunt.

L’un des témoins ayant assisté à la mise en bière, a observé qu’une couche teintée de sang, a été retirée de l’entre-jambe du défunt, mais le geste lui a semblé banal, ou plutôt normal. Ce sont les commentaires qui ont suivi, qui ont attiré sont attention. En effet, le jeune homme avait été très proche d’un ancien hiérarque, au ministère des finances (Je préfère taire son nom, pour éviter un procès en diffamation). Son nom a toujours circulé comme beaucoup de très hauts fonctionnaires dans cette pratique étrange. Ce très haut cadre du ministère des finances entretenait des relations étranges avec le jeune homme et cela se savait dans la famille. Pour lui assurer une « bonne situation », il lui aurait proposé la sodomie, comme c’est très courant au Cameroun. (Cf. Homélie du 25 décembre 2005, de l’archevêque de Yaoundé, aujourd’hui émérite, Tonyè Bakot). Pendant longtemps, il avait des faveurs de cet ancien du ministère des finances, contre des passes. Au départ, on se dit, ce n’est que pour une fois, et puis, on empoche des centaines de mille ou des millions. D’une fois, on devient un esclave, un prisonnier.

Au Cameroun, on fait bien la différence entre les pratiques homosexuelles et ce qu’on appelle ici, la pédérastie sectaire. Il s’agit d’une pratique homosexuelle, commise par des personnes, parfois mariées d’une femme, qui n’ont en fait aucune attirance pour des personnes du même sexe, mais qui la pratiquent pour des raisons mystico-religieuses. Il semble que cela procure, à ceux qui jouent les mâles, un certain pouvoir. Ainsi, beaucoup de jeunes gens et jeunes filles s’adonnent à ces pouvoiristes, pour améliorer leur condition de vie. D’autres sont contraints par leur hiérarchie pour accès à des postes élevés. Les chercheurs d’emploi, sont la cible privilégiée de ces homos d’un autre genre. La fin très souvent, est catastrophique : sphincters bousillés, port permanent des couches pour adultes, culpabilité, reniement de soi, suicide à la clé.

Il s’agit en fait d’un vaste réseau bien entretenu, dont les tentacules s’étendent dans toutes les administrations publiques et privées, les universités d’État, l’armée, la police…Ce qui fait que les dénonciations débouchent inéluctablement vers une commission d’enquêtes qui seront lettre morte. Il faut bien protéger le réseau.
Une affaire de pédérastie sectaire qui a fait couler encre et salive au Cameroun, est celle qu’on a appelé affaire Djomo Pokam. En effet, le lundi 21 août 2006, aux environs de 10 heures et 30 minutes, le corps d’Olivier Narcisse Djomo Pokam, 30 ans, étudiant à l’université de Yaoundé I, est balancé du 8e étage de l’Hôtel Hilton de Yaoundé. Sur le corps du jeune homme on repère des taches de sperme, des brûlures au fer à repasser, des lésions sanguinolentes au niveau de l’anus. Tout de suite on conclu à la thèse de la pédérastie sectaire. Seize ans plus tard, on attend toujours les résultats de la commission d’enquête instruite par le Chef de l’État ! Comme d’habitude, pour tuer une affaire, il suffit de créer une commission d’enquête qui ne rendra jamais ses résultats, preuve que les complices sont logés à tous les niveaux.

Avec cet énième cas, celui du jeune T. c’est aux jeunes gens et jeunes filles d’en tirer les conséquences. La vie ou la mort, la dignité ou la honte et le mépris.

In la page facebook de  Charles Chacot Chime

À lire aussi:

Cameroun: d’après Atanga Nji, Paul Biya a étudié “... L'on apprend aussi, dans la presse publique, qu’il a reçu la même année: 775 notes entre 23 heures et 2 heures du matin et toutes ont été sanctionnées...
Diplomatie: Le Tchad sollicite l’appui du Cameroun... Le Premier ministre camerounais, Philemon Yang, a reçu ce mardi 11 octobre 2016 en fin de matinée, son homologue tchadien Padacke Albert Pahim, porteu...
Transfert: Clinton Njié prêté à l’Olympique de Mar... L’attaquant camerounais de Tottenham s’est engagé mercredi 31 août 2016, en faveur du club français de Ligue 1 sous la forme d’un prêt avec option d’a...
Le président Paul Biya rend hommage à Fidel Castro... Dans un message de condoléances adressé au président cubain Raul Castro, le chef de l’Etat camerounais a qualifié le disparu de «grand homme d’Etat en...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close