La Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) a qualifié d’«inacceptable» la situation ayant conduit, mardi, aux déclarations du sélectionneur Hugo Bross déplorant les dérives autour de l’encadrement du groupe après un match amical ayant opposé, en Belgique le jour même, les «Lions indomptables» au «Sily national» de Guinée (2-1).«La situation qui a conduit aux déclarations de M. Broos est inacceptable. Nous avons la confiance du gouvernement, l’exécutif ne laissera rien ni personne entraver ses actions et la mise en œuvre de sa vision», avertit le communiqué signé du chef du département de la communication de l’instance, Laurence Fotso.

Rappelant qu’une résolution du comité exécutif de la fédération, prise lundi dernier, avait déjà permis de constituer une commission ad hoc chargée du suivi des subventions allouées par l’Etat pour la gestion des sélections nationales de football, elle rappelle qu’«une grande fédération, c’est une fédération qui sait prendre les mesures nécessaires pour résoudre les problèmes et la FECAFOOT est prête à le faire».

A la lecture dudit communiqué, il est difficile de dire la cible de la sortie épistolaire de Laurence Fotso, qui pourrait concerner aussi bien le technicien belge que les accompagnateurs des Lions indomptables en terre belge. Lors de sa conférence de presse d’après-match en effet, Hugo Bross, évoquant «la goutte d’eau qui a fait déborder le vase», a révélé que le personnel de l’hôtel où était logé le groupe avait refusé de servir le déjeuner «parce que l’hôtel n’était pas payé». «Dans tous les sens, on met les bâtons dans les roues, ce n’est pas normal», s’est-il indigné, rappelant que c’est seulement la veille de la CAN gabonaise que son groupe, sans concertation, avait touché les primes promises par les autorités.

«Les joueurs n’ont pas parlé, ils ont joué, montré que l’argent n’est pas le plus important. De notre côté, on demande aussi aux responsables d’être professionnels, qu’ils travaillent pour le groupe. On ne peut pas accepter d’être ici pendant des jours sans payer l’hôtel parce qu’il n’y a pas d’argent. Où est cet argent ?» Affirmant avoir travaillé pendant un an pour arriver à la victoire finale à la CAN 2017, a précisé que ses joueurs l’avaient suivi tout au long du parcours, parvenant à renverser la situation. Et d’ajouter : «Maintenant, je me demande s’il faut continuer avec le Cameroun. Parce que si tu bosses comme on l’a fait et que chaque fois les mêmes erreurs se reproduisent, alors, ce n’est pas possible de continuer. Je vais bien réfléchir sur mon avenir.»

La Rédaction 

À lire aussi:

Cameroun: Paul Biya est de retour au bercail après... Le chef d'État camerounais, a regagné le pays, après près d'un mois hors du triangle national. De sources introduites généralement bien informées,  Pa...
Le Cameroun valide le Titre de transit unique pour... L’objectif du TTU est la facilitation et la sécurisation des opérations de transit pour les marchandises importées ou manufacturées au Cameroun et des...
Douala: les autorités saisissent cinq tonnes d’éca... La marchandise emballée dans 300 cartons était cachée dans une usine produisant des lambris en plastique dans la zone industrielle de Bonabéri. Un st...
Assou-Ekotto: “ma mère a découvert ce matin ... Benoît Assou-Ekotto (Metz) : «Comme si je voulais devenir acteur porno !». Début mai, dans une émission anglaise, l'entraîneur de Birmingham (Champion...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close