Une sécurisation mise en œuvre dimanche par les troupes de la mission ouest-africaine vise a pour objectif de permettre le retour du président élu Adama Barrow.

En Gambie, au lendemain du départ en exil du président sortant Yahya Jammeh, la Cédéao sécurise le pays pour permettre le retour du président élu Adama Barrow. Une sécurisation mise en œuvre par les troupes de la mission ouest-africaine qui sont arrivées à Banjul dimanche 22 janvier dans la soirée.

Des soldats de la Micega, la mission de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest, sont entrés en territoire gambien par les deux principaux postes de la frontière avec le Sénégal, à Karang et plus à l’Est, à Keur Ayib. Un déploiement de la Cédéao qui a été bien accueilli par les soldats gambiens et la population, notamment à Farafenni, à la frontière nord.

Le but est de contrôler les points stratégiques en vue de sécuriser les populations, mais surtout de faciliter la prise de fonction du président élu Adama Barrow à Banjul. C’est ce qu’a fait savoir le commandant de la Micega, le général François Ndiaye dans un communiqué publié dimanche matin. Ces forces resteront déployées «conformément au mandat qui s’exercera jusqu’à ce que le président Barrow prenne fonction et que les conditions de l’exercice de son pouvoir soient réunies», a-t-il précisé.

Ce dimanche soir, le président élu se trouve toujours à Dakar. Mais il souhaite rentrer le plus rapidement possible à Banjul. C’est ce qu’a indiqué le président de la Commission de la Cédéao, Marcel Alain de Souza, avant d’ajouter que «la capitale et l’ensemble du pays devaient être sécurisés avant que le président Adama Barrow ne puisse s’installer».
La Rédaction

À lire aussi:

MISE AU POINT DU GOUVERNEMENT SUR LES EVENEMENTS D... Mesdames, Messieurs les Journalistes, Je vous souhaite à toutes et à tous une chaleureuse bienvenue à l’occasion de cet échange auquel je vous ai con...
Cameroun: Questionnement autour des intellectuels ... Balle au centre (1ère mi-temps) Sous le haut parrainage du Premier ministre, Philémon Yang, l'Université de Yaoundé II-Soa organise, du 1er au 3 no...
Laissons donc la CPI aux européens: Un tribunal af... Jamais un élu africain n´avait été jugé par une juridiction du continent ou plus encore, jamais un ancien chef d´État a été condamné...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close