Pour le directeur Afrique de l’Unesco, la présence des sites africains dans cette très vaste et convoitée liste participe au rayonnement et surtout à la valorisation du tourisme dans cette partie du monde. Dans cette interview réalisée pour l’hospitality report 2016, rapport sur le tourisme africain publié par les responsables de Jumia Travel, M Mukala revient sur le nombre de sites africains présents dans ce patrimoine, il profite également pour analyser la situation du tourisme en général et il profite pour donner quelques recommandations. Découvrez cette interview exclusive de la voix la plus autorisée de l’Unesco en Afrique.

Quelles est la situation actuelle des sites africains classés par l’Unesco ?

L’Afrique, berceau de l’humanité, possède de grandes richesses culturelles et naturelles. 131 sites africains sont inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, dont 85 sites culturels, 40 naturels et 6 mixtes. 53 des 54 Etats du continent africain ont ratifié la Convention de 1972. Parmi ces Etats, 40 ont proposé avec succès l’inscription de sites dans les limites de leurs frontières sur la Liste du patrimoine mondial. Cependant, le continent africain demeure sous-représenté sur la Liste du patrimoine mondial (12%).

La Liste du patrimoine en péril compte actuellement 23 biens africains, soit 42% de la totalité des biens. En effet, ces sites font face à de nombreux défis, tels que les conflits armés, le terrorisme, le braconnage et le trafic illicite, le réchauffement climatique et les catastrophes naturelles, ou encore l’expansion urbaine incontrôlée, le tourisme non régulé, et l’exploration minière et pétrolière. Le Fonds du patrimoine mondial africain, créé en mai 2006, apporte un soutien financier et technique aux États africains pour la sauvegarde de leur patrimoine culturel et naturel. Afin de valoriser et de promouvoir le patrimoine africain, la Conférence générale de l‘UNESCO a proclamé le 5 mai comme Journée du patrimoine mondial africain, afin de sensibiliser les communautés locales, et notamment les jeunes, à la sauvegarde de ces biens précieux. Depuis la création du Fonds et la mise en place de cette Journée, l’Afrique connait une prise de conscience fondamentale sur le développement durable et l’urgence de la protection de l’environnement dans le cadre de la mise en oeuvre de la Convention de 1972.

En quoi la classification par l’Unesco peut contribuer à l’essor du tourisme en Afrique ?

Le patrimoine africain est une opportunité de développement durable et de croissance économique. L’Afrique étant l’une des priorités de l’UNESCO, cette dernière oeuvre à mettre le pouvoir de la culture au service du développement durable et de la paix dans un contexte d’intégration régionale. L’inscription des sites sur la Liste du patrimoine mondial demeure un atout important pour le tourisme et le développement durable. Le label du Patrimoine mondial est une opportunité précieuse pour la visibilité de ces sites qui peuvent connaître un regain de curiosité et une fréquentation accrue des visiteurs. L’inscription sur la Liste du patrimoine mondial est aussi l’occasion d’un renforcement de la reconnaissance internationale, qui suscite une prise de conscience de l’importance de protéger ces sites. La nomination d’un site engendre une croissance des efforts d’aménagement du territoire, de valorisation et de sauvegarde de ces biens, générant une dynamique économique stable et durable. En cette Année internationale du Tourisme durable pour le développement, l’UNESCO développe, dans cette perspective, un Programme sur le Patrimoine mondial et le Tourisme durable, basé sur le dialogue et la coopération des acteurs, pour promouvoir un tourisme respectueux des sites classés.

Comment les nouvelles technologies peuvent-elles contribuer à protéger ces sites africains classés par l’Unesco ?

La Déclaration de Ngorongoro invite « les États parties africains à exploiter les possibilités offertes par les technologies nouvelles et émergentes pour assurer la conservation et le développement durable des biens du patrimoine mondial ». Les nouvelles technologies peuvent contribuer à la conservation du patrimoine, car elles permettent la collecte, la diffusion et l’analyse de données importantes pour les sites. Les drones sont également un outil novateur pour la surveillance et le suivi écologique des sites.

Aujourd’hui, les visiteurs, par leur smartphone, deviennent acteurs de cette protection, en alertant directement et immédiatement les gestionnaires en cas d’incidents ou de dommages. Des ressources récoltées par « crowdfunding » peuvent être très utiles pour financer la protection des sites. Les technologies sont également un canal privilégié pour sensibiliser les visiteurs, notamment concernant la protection des sites et leur valeur universelle exceptionnelle. Elles sont aussi une occasion pour faciliter l’accès à des sites isolés (par la voie électronique). Les nouvelles technologies sont également utiles pour développer un tourisme durable, respectueux des sites. Divers projets se basant sur les nouvelles technologies ont été développés pour la protection du patrimoine. Par exemple, un projet phare visant à intégrer les jeunes dans la protection du patrimoine au travers des nouvelles technologies est la campagne #Unite4Heritage.

Lancée en 2015 par l’UNESCO pour répondre aux propagandes violentes des extrémistes et aux destructions de nombreux sites au Mali, en Libye et plus récemment en Syrie, cette campagne est suivie aujourd’hui par 15 millions de personnes à travers le monde. Sa forte présence sur les réseaux sociaux est un avantage dans les efforts pour impliquer les jeunes dans les actions de l’UNESCO. Un autre exemple est celui de l’initiative « Youth Heritage Experts », qui a été créée suite au Forum de jeunes experts à Bonn en 2015. Cette plate-forme de réflexion en ligne est un exemple de succès et une source d’inspiration pour la diffusion des valeurs et des actions de l’UNESCO au travers des nouvelles technologies de communication et d’information. Ces deux outils sont indispensables pour sensibiliser à la protection du patrimoine. Les technologies ouvrent ainsi de grandes opportunités pour l’essor du tourisme, son développement durable et la protection des sites du patrimoine.

Une contribution de Jumiatravel

À lire aussi:

Le Cameroun trône une fois plus sur le toit de l’A... Après le sacre de champion du continent obtenu lors de la récente CAN au Gabon, l’équipe nationale de football du Cameroun se retrouve une fois de plu...
Cameroun: Une mission économique allemande est au ... Pendant une semaine, des investisseurs allemands, en séjour dans le pays, vont tenter d’établir et de consolider les relations commerciales avec le Ca...
LANGUE SERPENTINE : JOYEUX ANNIVERSAIRE MONSIEUR F... Le Général DE GAULLE, au sortir de la deuxième guerre mondiale, est désemparé par l'état de santé de l'économie française qui est meurtrie, en agonie,...
Boris Bertolt-Haman Mana: LES RAISONS D’UNE COLÈRE... Chers amis, Pour écrire « l’avion du président », il m’a d’abord fallu beaucoup de courage. Le courage de parler d’une affaire qui implique des person...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close