Le Président de la Cour suprême de Gambie, le Nigérian Emmanuel Fagbenle, a déclaré, hier, que « sa » juridiction était dans l’impossibilité de statuer sur le recours de l’APRC, le parti de Yahya Jammeh, déposé le 13 décembre dernier aux fins d’annulation des résultats du scrutin.

La haute juridiction gambienne a fait savoir qu’elle ne pourra siéger que si elle est au complet. Or, il se trouve qu’il n’y a actuellement qu’un juge sur sept. Les cinq Nigérians attendus et le Sierra-léonais ont prétexté un problème de calendrier pour ne pas se présenter.

Le Président de la Cour suprême a alors attendu pendant deux heures avant de signifier à l’avocat de Jammeh, Edward Gomez, le fait que le recours ne pourra être examiné qu’au mois de mai. L’avocat lui a fait part du fait que Jammeh maintenait sa plainte jusque-là. Une situation insolite qui en ajoute à la confusion dans ce pays.

Le président gambien a évité de mettre en place une Cour Suprême digne de ce nom, il en paie aujourd’hui les conséquences.

La Gambie ne disposant pas de juges assez expérimentés en la matière, le président Jammeh a pensé devoir « se ravitailler » au Nigéria et en Sierra Léone.

Mais, il n’existe pas entre ces pays et la Gambie un accord judiciaire qui aurait obligé les juges à se présenter à Banjul. Alors, compte tenu du contexte, ils ont préféré ne pas mettre les pieds dans un pays à haute tension.

Mieux, la Cedeao aurait demandé à ces magistrats d’éviter de s’ingérer dans cette affaire interne à la Gambie.

L’organisation sous régionale a ainsi coupé l’herbe sous les pieds de Jammeh afin de lui éviter de se prévaloir d’une quelconque légitimité tirée de la haute juridiction gambienne.

Ainsi, le président gambien n’aura même pas, comme Gbagbo, le prétexte d’une décision juridictionnelle pour se maintenir à la tête de son pays.

La Cour suprême argue qu’elle ne pourra pas statuer sur le recours avant plusieurs mois, ce qui, en soi, est une fin de non-recevoir et un camouflet pour un Président qui avait misé sur une décision de justice favorable.

A n’en pas douter, la Cedeao vient ainsi de remporter une bataille décisive contre Jammeh. Il fallait lui empêcher, vaille que vaille de tirer la couverture du droit de son côté et c’est réussi.

Reste maintenant à savoir quelle sera la nouvelle réaction du président battu. Va-t-il considérer qu’il va attendre le verdict prochain de la Cour suprême, pensant tenir là un moyen de ne pas abdiquer ? Va-t-il céder à la pression diplomatique en laissant le pouvoir sous certaines conditions, notamment de garantie d’immunité ? Va-t-il enfin, comme tout le monde le craint, continuer à confisquer le pouvoir au-delà du 18 janvier date de la fin de son mandat ?

C’est là l’équation gambienne pour laquelle personne n’a pour le moment de solution. Les Chefs d’Etats de la Cedeao continuent néanmoins les consultations pour une solution diplomatique à une épineuse question qui interpelle le monde entier.

En tout état de cause, l’appel lancé par le président de la Cour suprême, Emmanuel Fagbenle, semble être la solution de sagesse. Il a ainsi appelé « les parties au litige à le résoudre pacifiquement avant que la transition ne s’achève ».

Assane Samb, Rewmi.com

À lire aussi:

CAN 2017: un concert pour soutenir le Cameroun et ... Un collectif des artistes camerounais conduit par le célèbre chanteur Longué Longué International a annoncé lundi à Libreville qu’il organise vendredi...
Abdelaziz Moundé à Song : “il ne sert à rien... Le rôle du président de la République n’est pas de " sauver la vie ", de deux ou trois amis, " d’opposants " mal en point, figures ou légendes, mais d...
Cameroun: le charbon génère des revenus annuels de... Selon les experts du Minfof, le chiffres d’affaires annuel dû à l’exportation de charbon est estimé à environ 12 milliards de F, soit plus de 70% du c...
Laurent Gbagbo s’adresse à ses partisans : « Notre... Ce jeudi 20 avril, une plate-forme politique « 100% Gbagbo » a vu le jour. Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) a été créé par les a...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close