Browsing: education

Les activités n’ont pas repris dans les établissements scolaires des régions anglophones du Sud-Ouest et du Nord-Ouest du Cameroun ce lundi, 09 janvier 2017, date de la rentrée du deuxième trimestre.Des sources locales contactées par  nos confrères du Journalducameroun dans la matinée font état de l’absence d’enseignants dans les établissements. Selon elles, seuls quelques instituteurs étaient aperçus dans les salles de classes où les élèves se faisaient également rares.

La radio publique dans son édition du journal de 13h relève la présence du corps enseignant qui se retrouve en situation de chômage, du fait de l’absence des élèves. Cause de cette situation, des parents qui craignent encore pour la sécurité de leurs progénitures. Le gouvernement camerounais par la voie de son Premier ministre, Philémon Yang, avait pourtant appelé à la reprise des cours dans ces deux régions ce lundi. Les chefs traditionnels anglophones, des membres du Parlement et certaines organisations syndicales, à l’instar du Syndicat national des enseignants du supérieur (Synes), s’étaient également fait entendre en faveur d’un retour aux classes.
Année Blanche
Depuis le mois de décembre 2016, une grève des enseignants a causé l’arrêt des cours dans le Sud-Ouest et le Nord-Ouest du pays, faisant craindre une année blanche dans ces parties du pays. Ces derniers réclamaient notamment, le retrait et le reclassement de tous les enseignants francophones des salles de classe anglophones, à l’exception des enseignants bilingues ; le retrait des conférenciers francophones et des administrateurs des universités anglo-saxonnes de Bamenda et de Buea et de leurs collèges.

En réaction aux manifestations des enseignants, le gouvernement camerounais a mis sur pied une Commission interministérielle Ad Hoc chargée de proposer des solutions à leurs solutions. Les négociations y relatives se poursuivent.

Le Consortium de la société civile du Cameroun anglophone (Crcsc) a lancé un appel à observer une journée «villes mortes» ce lundi. Dans un communiqué publié le 04 janvier dernier, cette organisation a invité les enseignants, avocats, étudiants, chauffeurs de taxis, motocyclistes, commerçants et hommes d’affaires des régions citées à observer une grève. Objectif : faire pression sur le gouvernement afin qu’il prenne des mesures concrètes aux revendications des anglophones.

La Rédaction
1 2 3 4 23
Close