Tenants et aboutissants de l’accord signé avec le groupe français Lagardère, détenteur de ces droits. 

Selon un communiqué de presse signé le 12 décembre 2016, l’Union africaine de radiodiffusion (UAR) et le groupe français Lagardère, détenteur des droits de retransmission sur les évènements sportifs organisés par la Confédération africaine de football (Caf), viennent de conclure un accord-cadre. Il porte sur la réduction des droits de retransmission des huit évènements sportifs organisés par la Caf pendant les deux prochaines années. Il s’agit de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2017, du tournoi qualificatif à la Can 2019, de la Can de moins de 20 ans et de moins de 17 ans 2017, de la Can féminine 2018, des Ligues de champions 2017 et 2018, de la Coupe des confédérations 2017 et 2018 et de la Super coupe 2017 et 2018.

Pour ce qui concerne les coûts, l’UAR a obtenu: l’arrêt de la tendance inflationniste, une baisse allant jusqu’à 30% et que les pays en proie à des grands défis économiques ou sécuritaires (République centrafricaine (RCA), Lesotho, Comores, Erythrée, Sao Tome et Principe, Swaziland…) aient les droits de retransmission pour les huit compétions. Un montant symbolique de 15 000 euros, soit environ 10 millions de F CFA. Un vrai soulagement pour les Etats: «avant ces négociations, le groupe Lagardère exigeait 1,6 million d’euros (soit plus d’un milliard de francs CFA) aux pays qualifiés à la Can. Aujourd’hui, ce montant a été revu à la baisse: 1,3 million euros (soit plus de 800 millions de francs CFA). Il est inférieur à ce que ces pays ont payé en 2015. Autre exemple: les pays en guerre comme la RCA ont déboursé 500 mille euros en 2015. Pour la Can 2017, la RCA va payer 15 mille.», précise Grégoire Ndjaka dans une interview au quotidien Le Jour.

Lorsque l’ancien directeur des ressources humaines de la CRTV arrive à la direction générale de l’UAR, la question de droits de retransmission des évènements sportifs préoccupe plusieurs Etats membres. Une journée de réflexion sur la question est même organisée le 17 mai 2016 au siège de l’institution à Dakar. A l’issue de cette réunion, mandat est donné à l’Union africaine de Radiodiffusion d’entreprendre des négociations avec le groupe Lagardère. Lesquelles aboutissent à cet accord.

Mission accomplie donc pour le camerounais qui a du reste encore plusieurs dossiers sur sa table. Lors de sa prise de service, le journaliste camerounais s’était en effet engagé à donner plus de visibilité au continent et à l’UAR. Autre challenge et pas des moindres, accompagner le passage des chaînes de télévision aux numériques. Une opération qui demande des investissements importants pas toujours à la portée des radiodiffuseurs africains qu’ils soient publics ou privés.

Aboudi Ottou: in le journal Intégration

À lire aussi:

SCANDALE DE BRUXELLES : NGUIDJOL NLEND EN BOUC-ÉMI... Dans les affaires des Lions indomptables, il faut toujours qu'il y ait un bouc émissaire. Pendant longtemps ça a été Samuel Eto'o et ça arrangeait...
CAMEROUN-LFPC AWARDS : Les lauréats sont connus La ligue de football professionnel du Cameroun a récompensé les meilleurs acteurs du football de la saison qui vient de s’achever au cours d’une cérém...
Canada – Excusif : L’Ambassadeur Roger Milla risqu... S’il est de notoriété publique que les Camerounais ont une bonne côte de popularité au Canada due au fait de la bravoure de ses dignes Fils à l’Intern...
VINCENT BOLLORE : AVEC LE PORT DE KRIBI, 14 CONCE... Vincent Bolloré est à la tête de l’un des plus vastes empires économiques opérant en Afrique. Avant le Port de Kribi, il comptait 13 concessions de te...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close