Si mon vieux cerveau ne me trompe pas encore, Mitterrand est le premier président de gauche de la 5ème République. Il n’a jamais fait une élection primaire.

DE GAULE, POMPIDOU, GISCARD, CHIRAC, aucun d’eux n’a gagné une élection primaire avant d’accéder à la victoire finale. Hollande est le seul président à avoir gagné d’abord une élection primaire avant d’être élu président. Cette pratique politique d’inspiration américaine, un pays où les chefs de partis( républicain et démocrate) ne sont jamais candidat à l’élection présidentielle, a été transplantée en france après Chirac du RPR et Jospin du PS. Aujourd’hui les événements nous montrent que c’est le vainqueur des primaires socialistes qui est le plus mal loti des grands candidats. Mélenchon qui a refusé les primaires de gauche en claquant la porte du PS est de loin mieux loti dans cette course à l’Élysée que Hamon que l’on prétend avoir été choisi comme le meilleur candidat du PS par tous les français. Au fait, que voulait signifier une démarche qui consistait à demander à tous les français de choisir le meilleur candidat du PS?

Au regard des performances de Hamon dans cette campagne, pensons encore qu’il soit habile et justifié de demander à tous les électeurs d’un pays et non aux seuls militants d’un parti, de dire qui est le meilleure candidat dudit parti?. Tel Hamon , tel Fillon. *

D’où vient-il que parmi les grands candidats, seul ceux qu’on dit avoir gagné les primaires sont au bas de l’échiquier? Tout se passe comme si on avait fait, dans les deux plus grands partis de France, des élections primaires pour choisir les personnes les moins qualifiées pour porter les couleurs des ces partis.
Dans cette campagne française, le piétinement des gagnants des primaires nous montre combien la transposition en France d’une réalité américaine, s’est avéré être une alchimie de mauvais aloi. Voilà maintenant que des admirateurs béats des réalités d’ailleurs veulent transplanter au Cameroun, à partir de Canada, eux qui n’ont jamais fait des élections ni au Cameroun, ni ailleurs, une pratique politique qui à peine elle a été expérimentée en France , montre ses effets pervers.

Des gens qui n’ont jamais été à l’épreuve de l’organisation des élections, ni nationales car ils n’ont jamais été dans une administration publique électorale et n’ont jamais été candidat à une élection nationale, ni primaire car il n’ont jamais fait partir d’une administration électorale d’un parti politique et n’ont jamais été eux-mêmes candidat à une élection primaire, ces gens à l’expérience politique et électorale sommaire, se mettent dans une organisation qui ne dispose d’aucune parcelle de puissance publique pour envisager d’organiser des élections primaires qui interpellent des organisations politiques que sont nos partis de l’opposition, pour dégager un candidat unique de l’opposition sans préjuger de ce qui peut se passer si:

1- les électeurs du régime Biya-Rdpc envahissaient un corps électoral aux contours mal définis et influençaient le choix en faveur du pire des candidats de l’opposition,
2- les déçus des primaires repartaient dans des aventures solitaires.
Nous devons garder à l’esprit que l’élection porte en elle les germes de la dispersion. Quand on parle ELECTION, dans des circonstances où les gens disposent de la liberté de faire autrement en toute légitimité, il faut être humble et prudent.

Nos partis de l’opposition ne sont pas des organisations inutiles. Ils ont droit à leur autonomie et personne ne doit envisager de se substituer à eux ni pour leur propre bien ni pour une cause, aussi juste soit-elle .
Notre idée, l’idée d’une plateforme d’union de l’opposition repose:
1- sur le dialogue entre les partis politiques en tant que principaux acteurs du combat politique et la société civile
2- la préparation de l’électorat camerounais de l’opposition à rompre avec un
vote dispersif qui ruine ses propres efforts d’éviction du régime Biya-Rdpc.

L’idée de plateforme d’union de l’opposition n’a rien à voir avec la candidature unique de l’opposition qui s’imposerait à tous nos partis du fait qu’elle découle des élections primaires. La formation d’une plateforme d’union de l’opposition procède d’une volonté des partis de l’opposition à travailler ensemble pour avoir pris:
1- conscience que individuellement aucun ne peut vaincre le régime Biya-Rdpc

2- conscience que les électeurs du changement ne sont plus disposés à disperser leurs votes en faveur des partis qui ne peuvent pas vaincre le régime Biya-Rdpc.

La plateforme d’union de l’opposition n’est pas au commencement. La plateforme d’union de l’opposition est le fruit de l’Entente entre les partis de l’opposition pour envisager de vaincre le régime Biya-Rdpc.

In la page facebook de Abel Elimby Lobe

À lire aussi:

Trump menace Jammeh: « Quitte le pouvoir si tu ne ... "Quitte le pouvoir si tu ne veux pas mourir comme Khadaffi" , ces propos sont ceux du nouveau président des Usa. Bon nombre d’observateurs s’attendaie...
Sénégal: un ministre tente de violer sa secrétaire... C’est une affaire secrète qui a fini par sortir au grand jour par la faute de la victime. Mme Barosso accuse le ministre Sénéngalais Arona Coumba Diou...
Crise en zone anglophone: des internautes dénoncen... Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest n’ont toujours pas accès à internet. Cela exaspère des Camerounais qui se mobilisent, sur Twitter, autour du...
Cameroun: Bernard Njonga déclare sa candidature à... Le président de Croire au Cameroun (CRAC) en a fait l’annonce mercredi dernier au cours d’une rencontre organisée par les journalistes du club polit...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close