C’est devenu une activité très rentable au Cameroun ! Le constat est clair et l’ascendance du phénomène des cafétérias ou café-restos de « petites zones » n’est plus à prouver surtout dans les deux grandes métropoles du pays. Jumia Travel fait une incursion dans cette activité qui fait vivre de nombreuses familles étrangères.

« Lorsqu’on parle de cafétéria, il s’agit de quoi exactement ? » Si le dictionnaire Larousse définit la cafétéria comme un établissement généralement implanté dans un lieu de passage (centre commercial ou administratif, ensemble des bureaux, universités, etc.), les spécialistes de l’art culinaire quant à eux, désignent la cafet (diminutif de cafétéria) comme un endroit/restaurant où les gens peuvent manger moins cher. La faiblesse des coûts s’explique de par le cadre du lieu qui n’est pas celui qu’on pourrait retrouver dans des restaurants et par l’aspect esthétique du service. Pourtant, la cuisine, même si souvent rudimentaire, est de bonne, voire d’excellente qualité.

Les menus sont identiques!

 Parmi les multitudes particularités de cette activité en croissance au Cameroun, il y a le menu qui est pour la plupart du temps, identique. Spaghettis sautés, omelettes, sardines au plat, purées d’avocat et autres crudités accompagnées de pâtes alimentaires ; du café ou du lait avec autres additifs au cacao, etc., voilà un peu ce qui constitue le menu de ces établissements qui proposent de leurs services aux moins nanties. Ce qui est surprenant c’est qu’ils s’approvisionnent souvent sur internet car les conserves et autres produits conditionnés sont trouvés sur les sites panafricains de la vente en ligne.

Si la gente masculine est particulièrement connue pour manger dans ces établissements, il est encore plus ahurissant de savoir qu’au Cameroun, les tenanciers de cafétérias sont à 90 % étrangers ; toute une véritable organisation !

L’Afrique de l’Ouest aux commandes !

Maliens, nigériens, tchadiens, nigérians et même des sénégalais, voilà les groupes qui pilotent voire monopolisent le commerce de cafétérias au Cameroun. Certes il n’y a pas de statistiques claires sur le nombre d’acteurs qui exercent cette activité, mais la seule certitude se trouve quand même au niveau des différentes nationalités représentées.

Arrivés au Cameroun pour de multiples raisons, tous ont trouvé un créneau sous-exploité dans un pays où la disponibilité d’un produit ou service crée la demande. Les dividendes obtenus de ces activités permettent à ces ressortissants de financer des projets dans leurs pays d’origines. Construction de maison, scolarisation d’enfants, réinvestissements prometteurs. La cafétéria, plus qu’une simple activité, c’est une source de revenu. Les jeunes camerounais peuvent s’y lancer s’ils souhaitent réellement entreprendre dans un secteur porteur.

Une coorespondance de Jumia Travel

À lire aussi:

Agrobusiness : Une bière à base de manioc connait ... En Afrique, les vertus du manioc sont multiples, son utilité dans le quotidien des  gens n’est plus à démontrer. On savait déjà qu’il avait un grand r...
Ahmad Ahmad : « Le Maroc peut organiser une Coupe ... Le président de la confédération africaine de football, Ahmad Ahmad, en visite au Maroc, s’est dit confiant quant aux capacités du Maroc d’organiser...
RESPECTONS OWONA NGUINI Je lis depuis quelques jours les réactions nées du dévoilement du colloque sur les œuvres sociales de Chantal BIYA devant se tenir à Soa. Avec beaucou...
Tuerie des femmes à Abobo: Simone Gbagbo implique ... Ce jeudi lors de son procès,  Simone Gbagbo a exigé que l’ancien chef-d’Etat major des armées, le Général Philippe Mangou, soit "entendu" sur l’affair...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close