Allocution de Sa Majesté Jean Rameau Sokoudjou lors de la présentation du livre du Pr. Shanda Tonme « J’ai compris Yves Michel Fotso »

Mes chers enfants,
Je tiens tout d’abord à vous souhaiter la bienvenue au palais royal de Bamendjou. Soyez en paix ici et soyez libres, dans un bon esprit.

Je vous souhaite la bienvenue chez vous, dans votre concession, dans le lieu où reposent vos nombrils, comme vous venez de le dire justement.

Depuis que vous avez annoncé votre arrivée, la joie a rempli mon cœur, parce que je suis toujours fier de voir mes enfants, de voir votre visage, de vous parler.

Moi aussi je cherche vos conseils, car je ne peux pas régner tout seul sans vous.

C’est pourquoi, avec tous ceux qui m’entourent, mes collaborateurs et tous les notables, vos frères et sœurs qui remplissent cette concession au quotidien, vos mamans qui me préparent mon bon « taro » et mon bon « koki », je dis encore merci, merci et bienvenue à la maison.

Je vous remercie aussi, pour les paroles sages et bien placées à mon endroit et à celui de tous mes pairs, vos autres papas, tous des Rois comme moi à la tête de différents villages. Nous sommes tous des gardiens de la coutume et de nos traditions, sur un même pied d’égalité.

Mes chers enfants,
Vous venez de me présenter un livre, un livre que vous dites être une serviette qui a essuyé vos larmes, pour votre frère, mon fils, notre enfant Yves Michel Fotso.

J’ai beaucoup entendu parler de ce livre, et je l’attendais avec impatience. Puisque je tiens ce livre en mains maintenant, je peux vous faire une confidence. Je n’ai pas seulement vu ce livre en songe, j’ai senti que le matin en ouvrant le livre, mon fils Yves Michel en est sorti comme quelqu’un qui sort d’un endroit où il était bloqué depuis longtemps.

Si vous avez compris votre frère seulement aujourd’hui, quant à moi je l’avais déjà compris. Je n’ai jamais douté de votre frère, je n’ai jamais perdu son image dans ma mémoire de tous les jours.

Vous l’avez compris, et moi je l’ai compris. Nous l’avons compris et nous allons maintenant le faire comprendre à tout le monde.

Comme vous me confiez la mission, une double mission, à la fois de mobiliser mes pairs et de porter le message là-haut, là-haut, là-haut chez le Président Paul Biya, chez le Papa des Papas, j’accepte, j’accepte deux fois, j’accepte trois fois. Laissez-nous le temps, et avec nos prières, la prière de vos mamans, des maffos et des pères qui dorment et qui écoutent sous nos pieds, il en sortira quelque chose. Yves Michel sera libre.

Je suis content que vous n’ayez pas abandonné votre frère dans la souffrance, la douleur et la solitude de la prison. Je suis encore plus content, que vous compreniez ce qui nous rassemble et ce qui nous motive : le travail, la compétence, le mérite, la paix, la solidarité et l’amour pour notre pays. C’est pour cela que notre communauté s’est toujours battue et non pour autre chose.

Nous sommes des légalistes, des gens qui ont le sens de l’autorité et qui respectent l’autorité. Nous sommes aussi des gens qui savons parler au chef et au patron. Nous saurons porter votre message, et en ferons notre message, le message de l’ensemble de notre communauté.

Lorsque vous serez rentrés à Yaoundé, allez transmettre notre amour et notre affection à notre fils, à votre frère Yves Michel Fotso.
Enfin dites-lui, que nous aussi nous l’avons compris, avec toute notre bénédiction./.

Bamendjou, le 20 Octobre 2016.

Une correspondance de  Jean Rameau Sokoudjou

À lire aussi:

Exclusif : voici la liste complète des joueurs d&#... Au sein des 24 meilleures équipes du Vieux Continent, figure un «contingent» de 40 joueurs originaires de l'Afrique pour la compétition lancée vendred...
France : Au diable le terroriste endogène François Hollande et ses alliés doivent revoir la politique internationale de la France pour épargner les Français des bombes humaines.  Vendredi de...
Première réaction de Hillary Clinton après sa défa... Dans sa première allocution depuis l'annonce de sa défaite, Hillary Clinton a dit espérer que Donald Trump sera un bon président pour tous les América...
Canada – Société: La ville de Québec distill... La Ville de Québec explique aux réfugiés et aux immigrants qui s’y installent que la violence conjugale est interdite dans le Code criminel. Les punit...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close