C’est l’une des informations de l’hospitality report, le rapport sur le tourisme africain publié au cours du mois d’avril dernier par les responsables de la plateforme panafricaine Jumia Travel. Ce chiffre correspond à l’ensemble des activités recensées dans ce secteur au cours de l’année 2016.

En Afrique, le transport aérien est le moyen de transport le plus fiable; mais il fait encore face à quelques difficultés qu’il est possible de surmonter” c’est ce que déclarait Tewolde Gebremariam, CEO d’Ethiopian airlines, l’une des plus grandes compagnies aériennes en activité dans le continent. Il réagissait ainsi à une interview accordée à un journaliste camerounais lors de la présentation de ce fameux rapport de Jumia Travel sur le tourisme en Afrique. Selon ce dernier, l’Afrique ne contribue que très peu à l’industrie de l’aviation mondiale avec seulement 3% par rapport au reste du trafic mondial. L’expert attribue cela à plusieurs facteurs qui participent selon lui, à ralentir cette activité dans l’ensemble des pays du continent.

Si aux yeux des experts, l’Afrique ne contribue que de très peu au réseau mondial, il est aussi vrai  que cette performance est en nette progression par rapport aux années antérieures. Si on s’en tient aux performances réalisées ces 10 dernières années par exemple, on remarquera que la croissance est encourageante du moins au niveau de l’investissement. Plusieurs acteurs contribuent à cette progression que nous remarquons dans le secteur de l’aviation civile. Au-delà des gouvernements qui s’investissent de plus en plus dans l’allègement des textes règlementaires, il y a également des acteurs privés notamment les compagnies aériennes qui ont réussi à transformer ce marché en quelques années seulement.

Certaines grandes compagnies étrangères augmentent leurs vols sur l’Afrique, dans  un contexte de retour des compagnies nationales africaines. Le potentiel est important en raison des besoins en aviation, mais surtout grâce à l’attrait touristique du continent.

D’énormes défis à relever

Malgré cette situation qui n’est pas très reluisante pour l’Afrique, les acteurs du secteur aéronautique pensent qu’il est possible de faire un bond vers l’avant. C’est l’avis de M Tewolde qui pense que: “Si nous voulons nous positionner dans ce marché de plus en plus compétitif, il est important de relever certains défis majeurs”. Et parmi ces challenges, l’expert propose aux gouvernements de baisser les taxes aéroportuaires qui sont déjà très élevées, il propose également de baisser les coûts du carburant et surtout d’améliorer la qualité des infrastructures existantes. Au-delà de ces solutions techniques que les experts proposent, il est également souhaitable d’éduquer la cible africaine  qui voit encore ce moyen de transport comme un service de luxe réservé uniquement aux plus nantis.

Une correspondance de Jumiatravel

 

À lire aussi:

LANGUE SERPENTINE : LE SARKOZYSME, C’EST FIN... Nicolas SARKOZY vient de reconnaître sa défaite à la primaire de la droite. KO technique. 3 ème derrière FILLON et JUPPÉ, l'ex - Président de la Franc...
«Zoua zoua»: une campagne de répression contre les... Suite à l’incendie provoqué le 31 mai dernier par l’inflammation du carburant frelaté, le gouverneur du Nord vient d’instruire une opération «coup de ...
Cameroun: 6 millions de puces suspendu en 2014 et...  Au cours des deux dernières années, les opérateurs de la téléphonie en activité sur le territoire camerounais ont dû suspendre environ 6 millio...
Lutte anti-terroriste ou combat anti-musulman en ... Le Burkini est un maillot de bain qui couvre l´intégralité du corps à l´exception des mains, des pieds et du visage. Son port dans  certaines plages d...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close