En rendant publique cette revendication le 17 mars à Yaoundé, des députés de l’UDC ont évoqué des causes de marginalisation pour réclamer l’érection du département du Noun en région

L’emploi du mot marginalisation semble devenir la tendance au Cameroun. Après les anglophones qui se sont récemment dit en être victimes, c’est au tour des ressortissants du Noun de décrier leur marginalisation et de demander par conséquent l’érection de cette partie du pays en région.

Le 17 l mars dernier, les députés de l’Union démocratique du Cameroun (UDC) ont exprimé leurs critiques sur le découpage territorial qui a conduit au jumelage des zones dites «Bamiléké» et «Bamoun» en une seule région.

«Au départ il y avait deux régions à l’Ouest : la région Bamiléké qui avait pour chef-lieu Dschang et la région Bamoun dont le chef-lieu était Foumban. Aujourd’hui, nous nous retrouvons avec cette configuration : l’ancienne région bamiléké qui affiche sept départements et l’ancienne région bamoun a un département. Les populations vivent cette situation comme une injustice, comme une brimade», a indiqué le porte-parole des députés UDC, Patricia Tomaino Ndam Njoya, citée  dans le quotidien Le Jour ce vendredi, 24 mars.

Pour cette députée, la frustration viendrait de ce que le Noun reste un département alors qu’il est constitué des trois quarts de la population de la région de l’Ouest. «La seule solution c’est d’ériger ce département en région ou de trouver toute autre  formule s’analysant dans la transformation des  arrondissements actuels  en départements», propose Patricia Tomaino Ndam Njoya, qui indique par ailleurs que cela contribuera à «la justice, l’équité, l’épanouissement des populations et l’éloignement des causes de ressentiment qui, allant grandissant, sont des plus préjudiciables à la construction nationale

Selon l’actuelle configuration, la région de l’Ouest compte huit départements qui sont les Bamboutos (chef-lieu Mbouda), Haut-Nkam (Bafang), les Hauts-plateaux (Baham), le Koung-Khi (Bandjoun), la Menoua (Dschang), la Mifi (Bafoussam), le Ndé (Bangangté), et le Noun (Foumban). Selon ce découpage, seul le département du Noun est occupé par le peuple Bamoun.

La Rédaction

À lire aussi:

CAMEROUN: UN COMMANDANT DE LA MARINE MARCHANDE TRO... Le corps sans vie d’un commandant de la marine marchande camerounaise a été retrouvé  ce week-end au large du fleuve Malombe, à  Malabo en Guinée Equa...
CAMEROUN : APRES LEUR LIBERATION LES MEMBRES DE DY... Jean-Marc Bikoko (le porte-parole)  et les autres membres de cette plate-forme qui regroupe plusieurs associations de la société civile ont été libéré...
Akere Muna: “C’est triste de parler en terme... TRIBUNE DE ME AKERE MUNA PUBLIEE EN 1995 ET REPRISE DANS "MUTATIONS" DE CE MARDI. Imagine que tu habites un petit village du Sud Cameroun limitro...
Extrême-Nord: deux civils tués dans une nouvelle a... Quatre autres civils ont également été blessés et plus de 70 maisons incendiées dans la nuit du jeudi 07 au vendredi 08 juillet 2016. Le groupe terro...
loading...
Share.

About Author

Votre commentaire

Close